Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

  • Quel avenir pour les Abords de la Cathédrale Notre-Dame de Tournai? Suite...

    Le communiqué repris ci-dessous provient du site officiel de la Ville de Tournai accessible via ce lien

    Je vous invite à lire les articles publiés sur le site Actu24  "Hôtel 4 étoiles : l'exemple lillois ?"

    Le Blog de Vincent AUBRY vous permet également de suivre de près l'évolution de ce dossier

    ++++++++++++

    Le point sur le projet d'hôtel 4 étoiles à Tournai

    jeudi 26 Nov. 2009

    Dans le cadre de la revitalisation intégrée du quartier Cathedral à Tournai, la Ville et le CPAS ont décidé en 2008 de vendre ensemble deux bâtiments contigus, situés au pied de la Cathédrale Notre-Dame : l’hôtel des anciens prêtres, place de l’Evêché et l’ancienne bibliothèque communale, place Paul-Emile Janson en vue d’aménager ces biens en un hôtel 4 étoiles et, à titre accessoire, de développer dans les dits biens des activités et services en rapport avec le contexte hôtelier.

    Complémentairement, la Ville de Tournai a initié en 2009 une procédure de périmètre de remembrement urbain (PRU) s’adossant à l’ancien cloître de la Cathédrale pour permettre à un opérateur privé de réaliser sur ce site un projet urbanistique, architectural et commercial privé de qualité, s’inscrivant pleinement dans le contexte de revitalisation du quartier Cathedral. Le Conseil Communal en a délibéré en séance publique du 27 avril 2009.

    En septembre dernier, le Collège communal a décidé de lancer un « appel à intérêts » auprès des personnes et équipes pluridisciplinaires intéressées et de constituer une commission mixte d’évaluation des propositions formulées. Cet appel à intérêt avait pour but de permettre à la Ville et au Centre Public d’Action Sociale de Tournai d’être informés des propositions de réalisation d’une infrastructure hôtelière formulées suite aux différentes campagnes d’information et d’aider les différentes autorités en charge de ce projet à sélectionner la proposition la plus pertinente pour la revitalisation intégrée du cœur de ville. Cet appel à intérêt a permis aux candidats intéressés et répondant aux critères requis d’établir rapidement un dialogue constructif avec ces autorités en vue de faire aboutir un projet commun dans les délais fixés. Les modalités de cet appel ont été publiées sur le site Internet de la Ville de Tournai et sur tournaicoeurcathedral.eu

    La Commission mixte d’évaluation, constituée dans le cadre de cet appel à intérêts, s’est réunie au grand complet le 26 octobre dernier, de 9 à 15h. Ses 13 membres étaient présents. Cette Commission a entendu les propositions formulées par trois équipes. A l’issue de ces auditions, elle a procédé à leur évaluation et a formulé des recommandations au Collège communal.

    En ce qui concerne cette évaluation, le premier constat posé par la commission est que les trois équipes ont exprimé un réel intérêt pour le projet hôtelier et ont mis en exergue le caractère exceptionnel de sa localisation. Le deuxième constat est que sur le plan financier, les trois propositions doivent être complétées. Le troisième constat est que les trois projets se doivent d’avoir une ambition architecturale en corrélation avec l’aspect exceptionnel du site de la Cathédrale, classée à l’Unesco. La Commission mixte d’évaluation recommande donc au Collège communal de la Ville de Tournai d’inviter l’équipe de son choix à s’entourer des conseils d’un architecte repris dans une liste qu’elle a établie pour la mise en forme architecturale du programme hôtelier, en particulier sur la place Paul-Emile Janson.

    La Commission mixte d’évaluation a également établi un classement des trois équipes en fonction des qualités de chaque projet présenté. La première équipe classée a obtenu un très grand nombre de voix lors du vote. Le 12 novembre dernier, Le Collège communal de la Ville de Tournai a confirmé le classement établi par la Commission. Une priorité a donc été donnée à la première équipe classée. L’exclusivité de cinq mois s’accompagne d’une mise en place d’une task force qui a pour objectif de réunir les conditions nécessaires à l’aboutissement du projet dans les délais requis et ce dans l’intérêt commun. L’investisseur a marqué son accord sur toutes les conditions formulées par le Collège communal de la Ville de Tournai.

    Le projet d’hôtel 4 étoiles à proximité de la Cathédrale de Tournai est donc bien sur les rails. Les études économiques et urbanistiques mises en place par l’investisseur seront communiquées dès qu’elles auront été achevées."

  • L’Inrap en grève contre sa délocalisation

    L’Inrap en grève contre sa délocalisation

    Revitaliser les territoires passe-t-il par la destruction du service public de l’archéologie ? L’archéologie préventive ce sont chaque année des découvertes dans 1 800 communes, associant plus de 1 000 partenaires aménageurs ! Ce sont 2 500 chantiers archéologiques menés en relation avec l’aménagement du territoire (lignes de TGV, autoroutes, routes, parkings, etc.), pour sauvegarder par l’étude le patrimoine archéologique de notre pays. Pour mettre en œuvre ces recherches, le Parlement a créé, en 2002, l’Institut national de recherches archéologiques préventives, dont la compétence est reconnue et enviée par la communauté scientifique internationale. L’Inrap emploie 2 000 personnes réparties sur tout le territoire métropolitain et dans les DOM, avec 50 centres de recherche archéologique, 8 centres administratifs régionaux et un siège parisien rassemblant 130 personnes. C’est dire à quel point l’institut est déjà déconcentré. Aujourd’hui, l’Inrap est en danger : alors que Valérie Pécresse et Frédéric Mitterrand, ses deux ministres de tutelle, s’étaient prononcés à plusieurs reprises contre le projet de délocalisation à Reims du siège de l’institut, le Premier ministre a confirmé le 19 novembre dernier cette décision absurde, visant à compenser les effets du plan de restructuration de la Défense nationale. Cette décision a été prise sans tenir en compte de ses conséquences économiques, organisationnelles, scientifiques, culturelles, sociales. Si elle était appliquée, six années de construction de l’Inrap seraient mises à bas, en raison notamment du départ des agents impliqués dans des chantiers de modernisation encore inachevés et dans le pilotage de l’institut. Il en résulterait une grave perte de compétences pour l’établissement. Basé à Reims, c’est toute l’activité de l’Inrap, déjà entièrement déconcentrée, qui serait complexifiée, renchérie et donc remise en cause. L’institut serait alors placé dans un isolement préjudiciable à la recherche et aux échanges avec les institutions françaises et étrangères. C’est toute l’archéologie française qui serait déstabilisée et par conséquent l’activité économique liée à l’aménagement du territoire qui serait gravement perturbée. Il en va de la survie de l’Inrap : pour 130 postes délocalisés, on désorganiserait le travail de 2 000 archéologues et celui de leurs partenaires économiques et scientifiques. Le siège de l’Inrap doit rester en Ile-de-France, au sein d’un pôle universitaire de recherche.

    S'INFORMER : archeoendanger.canalblog.com

    SIGNER LA PÉTITION : http://www.inrap.fr/

  • Appel pour le maintien d’un enseignement obligatoire d’Histoire et de Géographie en Terminale scientifique

    Appel pour le maintien d’un enseignement obligatoire d’Histoire et de Géographie en Terminale scientifique

    L’Assemblée Générale de l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG), réunie le dimanche 29 novembre 2009 au Lycée Saint Louis à Paris.

    · Condamne et rejette tout projet de réforme des Lycées aboutissant à la disparition de l’Histoire et de la Géographie dans les classes de Terminale scientifique

    · Exige le maintien d’un enseignement obligatoire en Terminale scientifique (TS) débouchant sur une épreuve au Baccalauréat

    Souligne combien l’Histoire et la Géographie éclairent fondamentalement les débats contemporains sur les identités, les cultures, les territoires et la mondialisation.

    L’APHG invite toutes celles et tous ceux qui approuvent cet appel à le signer et à le faire signer.

    Signez la pétition en ligne